top of page
Rechercher

L'aventure porte un nom : Guadeloupe



Vue panoramique de la plage de Grande Anse en Guadeloupe, côté Mer des Caraïbes. Dans le coin gauche, feuillage vert d'arbres. A droite, mer bleue. Au fond, banc de sable puis forêt. Plus loin, des montagnes vertes et un ciel bleu avec quelques nuages blancs.
Grande Anse - Guadeloupe


L'histoire aurait pu commencer ainsi « Embarquement immédiat pour le Vol AF6010 à destination de Pointe à Pitre, Guadeloupe ». Ce serait nier le fait que ce voyage ait commencé bien avant cet embarquement.


Ce voyage s'est invité dans ma vie avec la proposition professionnelle faite par Emmanuelle . Quelle proposition ? Co-animer avec sa team, dont je parlerai plus tard, une retraite sur le Féminin Sauvage en Guadeloupe, organisée par elle-même. Ma réponse s'est posée comme une évidence : oui.

Cette idée de retraite résonnait fortement avec l'atelier mensuel Espace Sauvage que nous proposons ensemble. Elle se présentait comme une continuité de ce que nous partageons, une expression naturelle de ce que nous vibrons. Et finalement, la destination importée peu, ce qui me séduisait c'était l'idée de partir à l'aventure dans le cadre de ce que je propose avec toutes ces femmes, participantes et accompagnantes.

Ainsi avant même de prendre l'avion pour la Guadeloupe, j'embarquais et prenais place dans l'aventure « Retraite Féminin Sauvage, Voyage en terre intérieure ».


Ce rendez-vous de 5 jours était dédié aux femmes. Nous étions 14, 14 femmes de tout horizon avec la même envie « partir à l'aventure ». Naturellement, cette envie venait réveiller chez chacune son lot de peurs et d'excitation. De l'organisation du voyage, en passant par l'idée de vivre en communauté sans oublier le contenu des ateliers proposés et les surprises, tout venait déjà solliciter son engagement envers soi, celui de se donner les moyens de cette envie, de cet appel.


Emmanuelle avait organisé la gestion de cet événement de main de maître : les arrivées, les départs, les véhicules, les lieux des ateliers, l'hébergement... elle avait posé le cadre permettant de prendre sa place sereinement.


Je ne parlerais pas en détail du contenu de la retraite car sa saveur exquise appartient à l'expérimentation que nous nous sommes accordée de vivre. Vous la découvrirez peut-être... l'année prochaine, Retraite Féminin Sauvage (2ème Edition). Néanmoins, je suis le témoin de ce voyage hors du temps vécu dans la sororité, l'authenticité et la joie de vivre. Et je vais vous partager ce qui est là pour moi.







Découvrir sa part sauvage au cœur même du groupe, cadre sécurisant et fédérateur.


Ensemble, nous avons expérimenté que pour une même expérience extérieure, il y avait bien 14 expériences intérieures différentes vécues. Et qu'au final, si chacune acceptait de vivre pleinement sa propre expérience intérieure, nous nous retrouvions dans une expérience extérieure commune. La magie opérait...


Ensemble, nous avons partagé des situations éprouvantes, des émotions bouleversantes, des rires éclatants, des larmes libératrices, des dépassements inouïs, des ressources insoupçonnées, des chants puissants, des danses envoûtantes, des moments de détente et d'intégration... Le cocon était posé...


Ensemble, nous nous sommes offertes en miroir les unes pour les autres

Ensemble, nous nous sommes offertes en miroir les unes pour les autres. Nous avons contribué naturellement à avancer pas à pas, parfois main dans la main, parfois à la juste distance. Nous nous sommes nourries de chaque regard, chaque sourire, chaque larme, chaque éclat de rire, chaque mot exprimant la réalité de l'instant, chaque témoignage de tendresse...


Lors de cette Retraite du Féminin Sauvage, j'ai vu des femmes dans le respect de qui elles sont, capables de se voir et de s'accueillir dans l'infini de ce qu'elle porte. J'ai vu dans leurs regards se mêler l'envie, la peur, la fierté, la douleur, l'acceptation et surtout... la puissance d'être à l'instant qui elles voulaient être et s'en donner les moyens dans quel que domaine que ce soit.



Zoom sur le bassin d'une femme un maillot de bain 2 pièces. Le corps recouvert de sable noir, elle pose ses deux mains jointes sur son bas ventre.
Beauté & Liberté


Ce qui me bouleverse encore à cet instant où je pose ces mots : la beauté... tant de beauté. La beauté de ces femmes -dont je fais partie- à se vivre libres, libérées. La beauté de l'intensité avec laquelle nous avons vécu tout cela.

Cette beauté s'est mêlée à la beauté sauvage de la Guadeloupe ; cette intensité s'est révélée en totale résonance avec l'intensité des éléments sur cette terre d'accueil.

Pour moi pas de Féminin sacré sans Masculin sacré

La justesse de cette retraite est venue aussi dans la présence, à un moment des plus judicieux, du masculin. Pour moi pas de Féminin sacré sans Masculin sacré. Cette parenthèse enchantée s'est posée dans l'émotion et la surprise. Elle a ouvert un espace d'échanges d'une puissante simplicité, un espace de rencontre et de réconciliation. Pour certaines, ce fût un moment palpitant de reconnexion à la confiance dans le masculin. Je vois encore ces yeux de femmes brillant d'émerveillement, tels les yeux d'enfants découvrant un trésor (ref. Audrey;) ).


L'année prochaine, c'est acté, je serai là à nouveau, en tant qu'accompagnante pour vivre une nouvelle aventure en Guadeloupe.


Pourquoi ?


Parce qu'une nouvelle fois, les yeux fermés, je dis « oui » à cette femme -Emmanuelle- dont le naturel et le cœur invitent à l'aventure, dont le souffle de vie invite à l'envol.

Parce que j'ai découvert dans cette team, deux femmes à la sensibilité poignante et à l'envie inspirante. Priscilla, Céline chacune à sa façon sublime ce qu'elle capte de l'autre.


Parce que cette retraite porte ce qui compte pour moi : l'expérience et l'expérimentation. Elle vient chercher l'engagement de l'être dans son entièreté : cœur, corps, esprit. Elle anime le véhicule le plus puissant à mes yeux, la rencontre de l'autre pour une rencontre avec soi.


En fond, la végétation luxuriante de Guadeloupe d'un vert brillant. A gauche, une femme les yeux fermés, la tête levée se peint le corps.
Peinture


Parce que je suis à ma place, là où je fais le choix d'être.


L'aventure porte un nom : Guadeloupe

A suivre...


Crédit photos

2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Σχόλια


envol0810
envol0810
03 Νοε 2022

Émouvant, magnifique, fait rêver, réveille des questions : "est ce que je pourrais vivre 10 jours avec toutes ces personnes que je ne connais ou à peine ?..."

Merci Sylvie.

Valérie de Toulon 😉

Μου αρέσει
Sylvie Di Scala
Sylvie Di Scala
03 Νοε 2022
Απάντηση σε

Merci Valérie.

Le cadre est fait pour que la rencontre puisse se faire sereinement. L'intimité de ce qui est vécu module peu à peu la relation à l'autre. Et ces personnes restent inconnues que quelques heures... le processus engagé fait que nous nous connaissons et reconnaissons assez rapidement.

Μου αρέσει
bottom of page