top of page
Rechercher

Week-end de l'art de la Chamanka la Voix

Gros plan sur un cahier de musique. Des partitions sur les deux pages. La page de gauche est un peu bombée comme quand un livre ne s'ouvre pas entièrement.



J'ai commencé cet article de blog il y a quelques semaines maintenant... Je remercie ici chaque participante - un groupe au féminin - et Oliana, or-photographie qui comme à son habitude, laisse sa pudeur, sa sensibilité et son respect guider son œil d'artiste.



Avant le WE de l'art de la Chamanka,

préparation du WE la Voix


J'écris ces mots le casque sur les oreilles, j'écoute les chansons qu'elles ont choisies... qui ? les participantes au Week-end de l'art de la Chamanka « Libérez votre voix », c'est à la fin de cette semaine, c'est-à-dire dans 2 jours. Une envie, une inspiration : leur faire choisir une chanson qui leur parle et les touche. Je n'en dirais pas plus ce soir car elles pourraient très bien lire ce post, et vous savez que la trame de mes ateliers reste une surprise... suivre son intuition et son intention, sans vraiment savoir et poser ainsi la confiance qu'on a en soi pour vivre l'expérience comme elle se présentera, première étape dans cet engagement avec soi.


Toutes ces chansons me touchent déjà, leur musicalité et surtout leurs paroles. Elles font écho à ce que chacune porte, vit et vient chercher au cœur de ce week-end. Un week-end dédié à la voix, sa voix et comment la rencontrer, prendre le temps de l'écouter, de se reconnaître en elle et l'explorer. Un week-end pour comprendre ce qu'elle nous dit de nous.


J'écoute attentivement les paroles de chaque chanson et chaque mot résonne en moi, me touche et m'annonce que ce rendez-vous pris avec nos voix sera intime et fort en émotions.


Photo noir et blanc, personne hors cadre. Une femme cheveux court lit un texte sur une feuille qu'elle tient de sa main droite. Derrière elle de gros coussin et un mur de liège. Elle porte des lunettes rondes. Sa tête est légèrement inclinée vers la droite. Son pull est foncé, son pantalon  avec des motifs abstraits et géométriques.



Un nouveau lieu pour cette rencontre


Régulièrement, je cherche de nouveaux lieux qui peuvent recevoir mes activités. Ce n'est pas toujours évident. J'ai le plaisir d'être reçue régulièrement chez Laurie et Audrey, les Z'âmes en mots ou encore chez Alexandra, Com'unique animale tout particulièrement pour la Création de tambours chamaniques et Cheval Allié.


Depuis un an, la vie m'amène à me promener et me poser du côté des Bouches du Rhône, de l'Hérault et du Gard. Et j'avoue que ce clin d'oeil me fait sourire car il y a quelques années, je me disais que j'aimerais bien aller un peu par là-bas. A l'époque, cela ne s'était pas fait.


Pour ce week-end de décembre, c'est le Gard qui nous recevait. Un gîte découvert lors de mon inscription à une immersion Deuil de l'association Couleur Plume. Je prendrais vraiment le temps de les remercier en janvier prochain lors de cette rencontre.


Un lieu calme, dans un cadre de verdure agréable et ressourçant ; un propriétaire accueillant. Et à l'écoute. Comment vous dire : une belle surprise !!!






Le week-end de l'art de la Chamanka, la Voix


L'ambiance était au beau fixe malgré les appréhensions palpables. Les résistances, elles, étaient prêtes à s'exprimer. Nous avons démarré en douceur en prenant place dans cet espace qui se voulait déjà accueillant et familier. Allier les arts est primordial pour laisser l'énergie créatrice vivre, c'est aussi le fondement de mon accompagnement.


J'aime l'imprévu. La présence de leurs résistances et leur considération m'ont amenée à modifier mon programme. Plusieurs riront en lisant cela, je sais. Vous savez pourquoi ? Parce que je me laisse porter par ce que le groupe apporte dans sa singularité et je m'adapte aux résistances et au rythme de chacun... en gros, c'est souvent ainsi que cela se passe.


Le thème de la voix n'est vraiment pas anodin. Il vient chercher à des endroits insoupçonnés.

Parfois il est facile de communiquer et pourtant... chanter est difficile. D'autres fois, chanter est simple et parler compliqué. Et encore, parler et chanter sont sans difficulté mais parler de soi et chanter une chanson qui a une résonance avec ce que l'on porte sont inaccessibles... c'est ce que nous pensons et vivons comme limite. Allant d'un à l'autre, nous avons pris le temps d'explorer quelle était la réalité de chacune. C'est alors que se sont révélé les cristallisations à l'origine de cette croyance, cette croyance si forte qu'elle empêche. Cet empêchement a grandi en même temps que nous, arrosé par des mots, des regards, des injonctions, des interdictions et des interprétations.


Ensemble, nous avons exploré, osé, dépassé...






L'accompagnement thérapeutique


L'accompagnement thérapeutique dont la teinte première est la neutralité prend place dans l'espace ouvert par le groupe et à l'intérieur duquel d'autres espaces sont ouverts par les participants.

Il se fait ainsi dans un cadre global pour suivre le mouvement général du groupe et également individuellement dans un cadre pré-défini par la personne accompagnée.


La voix est un outil précieux, il est au centre de mon accompagnement. J'en connais la puissance, la justesse, la richesse.


Etre dans le bon tempo, la juste mesure et la bonne tonalité, être présent par sa respiration et capable de se poser dans le silence... parfaitement cohérent pour un accompagnement sur le thème de la voix avec pour support des chansons, vous ne trouvez pas ?!

Parler un langage adapté et compréhensible par chacun.


La voix... ensemble de sons produits par les cordes vocales, c'est ce que nous avons éprouvé dans nos corps.

La voix... parole, c'est ce que nous avons expérimenté dans nos têtes.

A l'unisson, dans notre entièreté, nous avons pu incarner, savourer notre voix -sous toutes ses formes- et nous amener à vivre l'expérience dans notre cœur.





Libérer sa voix


Les personnes viennent me voir en me disant « je veux trouver ma voix », « entendre ma voix », « oser ma voix » etc. Je leur réponds « ta voix est là puisque tu me parles, l'écoutes-tu seulement ? ». Silence.

Et si avant de chercher plus fort, plus haut, plus grave, plus aigü, plus fluide, plus doux... nous prenions le temps, le temps d'entendre cette voix et de l'accueillir. Et si nous nous accordions (je pourrais m'arrêter là, ça aurait aussi du sens) de l'écouter nous parler de nous et la reconnaître.

Régulièrement, les personnes que j'accompagne parle de leur voix comme d'une étrangère, d'une autre... ce amène à ce poser cette question : quel rapport entretenons-nous avec nous-même ?


Voilà une exploration qui promet plein de rebondissements... c'est bien ce que nous avons vécu tout au long de ce week-end.







En écrivant cet article, mon esprit vagabonde. Voici ce que j'aimerais vous partager, image de l'instant. 


Je suis debout, pieds nus ; je regarde le monde qui m'entoure. Sous la plante de mes pieds, je sens le sol, la fraîcheur de la terre. Elle remonte le long de mes jambes et imprègne tout mon corps. Je ferme les yeux, je respire. Ces quelques secondes me semblent une éternité, une éternité douce et enveloppante.

Je respire encore, j'amplifie ma respiration et j'honore ce « oui » à la vie.


Alors j'ouvre les yeux... il fait sombre, je devine ce monde familier qui m'entoure. A moi de jouer ! Je me parle à haute voix « tu fais quoi ? Premier choix : j'avance ou pas ? » Je me rassure en fredonnant une mélodie connue et reconnue. Ma voix est là, quel que soit le regard que je pose sur elle, elle est là. J'engage tout mon corps dans l'aventure, je laisse mes bras balayer l'air autour de moi, allant à la recherche d'obstacles éventuels. Il me faut laisser la place à mon mental pour initier le premier pas... tout mon être vibre : j'analyse, je suis déjà en mouvement, je respire, mon cœur bat la chamade et mes sens sont en émoi...

Je suis prête, JE SUIS.


Je lance d'une voix assurée un « Allez ». Et je fais ce premier pas. Même si les circonstances sont différentes, il me rappelle ce premier pas fait alors que j'avais 14 mois, je reconnais aujourd'hui ce premier acte de confiance que j'ai eu de moi à moi, de moi à l'autre, de moi à la vie.

De la rencontre délicate de mon pied et du sol naît une lumière éclairant le petit bout de chemin ouvert devant moi. Je m'émerveille de cette lumière à chacun de mes pas. Bien sûr parfois je lance la main et je crie « Aïe », mon doigts effleure une épine. D'autres fois, je peste, je hurle même l'injustice de mon pieds cognant un caillou, se posant dans un trou... à ce moment-là toujours le choix, mon choix : continuer ou changer de direction ? C'est là que je comprends que je suis la voie. C'est moi qui dessine le chemin en l'éclairant de mes pas.

Je suis même libre de faire demi-tour empruntant le chemin éclairé pour bifurquer ailleurs un peu plus loin. Je suis même libre de m'arrêter pour un instant, pour toujours.


Et qui peut remettre en question que c'est la « bonne décision » si la décision est bonne pour moi ?

J'ai terminé de croire que l'évolution est synonyme de chemin vers la perfection... j'ai fini de croire que l'expérience doit être forcément belle, sans conflit, sans heurt... je sors de l'idéalisation de ce que devrait être la vie.


Je suis en vie, je marche pas à pas en dessinant mon parcours dans l'instant, construisant déjà demain. Je fais mes choix et je fais avec les conséquences.

Je suis en vie, je porte des mémoires, elles vivent en moi, pas à pas je nous transforme non pas dans la perfection mais dans un équilibre qui est bon pour moi.


Je suis en vie, et pour être dans cet équilibre je devrais bien écouter cette petite voix intérieure qui me dit « repose-toi »








Logo de l'art de la Chamanka : une spirale dessinée en noir sur fond blanc. Elle se déroule vers la droite, en bas au centre, elle est coupée par un trait vertical petit, lui-même coupé à l'horizontal à son milieu par un trait courbe, semblable à la courbe de la spirale, en bas, détaché un point. A gauche, la spirale s'arrête et laisse place à un point, un peu plus loin un autre point suivi par une larme dans la courbe de la spirale.






2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


🖤 D'une insondable puissance. Merci. 💖

Like
Replying to

Amandine, tu connais le pouvoir du son 😉

Like
bottom of page