top of page
Rechercher

Mon aventure porte un nom : Guadeloupe




Sur fond végétal, végétation tropicale dense, une femme les yeux fermés, la tête levée vers le ciel, de face, à gauche de la photo se peint le corps. Avec sa main droite elle peint le haut de sa poitrine.
Peinture


Dans le précédent article de blog « L'aventure porte un nom : Guadeloupe » j'abordais mon ressenti et mon expérience en tant qu'accompagnante de la Retraite Féminin Sauvage, voyage en terre intérieure.

Ici, je vais partager mon expérience personnelle de cette aventure.


Je n'avais jamais envisagé d'aller un jour en Guadeloupe. Bien sûr j'en avais vu des photos, j'en avais entendu parler mais ça s'arrêtait là.

Quand Emmanuelle m'a proposé de la suivre dans son aventure professionnelle en Guadeloupe, je n'ai pas hésité un seul instant... une aventure, une évidence.


ce sont souvent les rencontres humaines qui m'ont offert d'arpenter des chemins de traverse dans des directions inconnues

Je regarde un peu en arrière et je constate que ce sont souvent les rencontres humaines qui m'ont offert d'arpenter des chemins de traverse dans des directions inconnues me permettant de rejoindre mon chemin plus riche encore. Je me souviens de ma rencontre avec Christophe Cadet. Cette rencontre a donné naissance au tatouage « a (e) ncré » sur ma main droite, symbole me représentant et créé par lui dans sa propre perception de moi. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres mais il est le reflet parfait de mon fonctionnement.


Ces rencontres ouvrent des portes vers l'imprévu, l'insoupçonné... et j'aime à les franchir et me laisser porter par le flux de la vie, plein de surprises.


J'ai donc suivi mon élan et franchi la porte menant en Guadeloupe.



Plage de Guadeloupe, premier plan sable doré, bandeau central : forêt abondante d'un vert profond. Tout en haut ciel bleu  avec nuage (mouton) blanc
Grande Anse



Ce territoire français d'outre-mer, dont la nature sauvage se révèle par l'ensemble des îles qui le compose se situe dans le sud de la mer des Caraïbes. Cette description m'invitait déjà au rêve. Comment ne pas penser au film « Pirate des Caraïbes ». Je plaisante, quoi que...

Je me disais également que ressemblant à un papillon, la Guadeloupe ne pouvait cacher son talent naturelle pour la transformation.


Bon, tout cela, c'était dans ma tête et j'avoue que c'était bon.


à la veille de l'embarquement pour cette destination paradisiaque, toute ma carte intérieure était actualisée


En revanche, je n'avais pas spécialement pensé aux tempêtes et aux vagues submersion. Avant même la date de départ de cet extraordinaire voyage, j'en faisais l'expérience dans mon intérieur. Je connais bien ces vagues, elles sont le mouvement de ma vie depuis bien longtemps maintenant. Elles vont et viennent à des intensités diverses et variées selon la saison.

A l'approche du départ, elles ont balayé chacune de mes plages venant tantôt révéler des peurs encore présentes et bien enfouies dans le sable, venant aussi révéler les ressources acquises en modulant le paysage pour plus de clarté dans ce qui était présent à cet instant.

Ce qui est sûr, c'est qu'à la veille de l'embarquement pour cette destination paradisiaque, toute ma carte intérieure était actualisée. Je partais en paix.


Séjour en Guadeloupe



Le séjour était prévu sur 7 jours, dont 5 consacrés à la retraite Féminin Sauvage. Le prix des billets a fini de me décider à partir un peu plus longtemps. Le voyage, lui était prévu en compagnie d'Audrey et Stéphanie, et c'est ainsi qu'il s'est déroulé. Nous avons rejoint sur place Céline et ensemble nous avons profité de beaux moments en dehors de la retraite.

Certaines voulaient profiter en parcourant des lieux emblématiques de Guadeloupe, personnellement je souhaitais me poser, simplement me poser et profiter de la magie de l'île sans idée de faire, sans envie de faire.


Forêt tropicale, luxuriante, abondante, le soleil traverse les feuillages
Forêt Bassins bleus


Nous sommes arrivées de nuit, il n'était pas très tard. La nuit noire s'impose assez tôt là-bas. C'est d'ailleurs assez surprenant, voire saisissant. C'est la première impression que j'ai eue en mettant les pieds sur le sol guadeloupéen : tout est pareil et pourtant tout est différent... comme amplifié. La deuxième impression a été sensorielle : les sons nocturnes avec le chant perçant des grenouilles mêlé à celui des grillons, les odeurs que je ne peux toujours pas qualifiées aujourd'hui.




Ma rencontre avec la Guadeloupe

Ma rencontre avec la Guadeloupe s'est faite tout d'abord par mes yeux d'enfant, et c'est les yeux écarquillés, pétillants que j'ai arpenté les rues, les villages, les marchés, les plages et les forêts. C'est le cœur ouvert que j'ai capté le regard de la population empreinte de cette île. C'est les papilles en éveil que j'ai goûté aux mets locaux. Je suis restée tout le long du séjour sur cette impression du « tout est plus... ». Aujourd'hui, je pense que mes sens étaient en émoi et que leur activation était tout naturellement liée à l'intention de mon séjour ici : la nature sauvage, ma nature sauvage.


Cette rencontre s'est faite ensuite par mes yeux d'artiste. Tout a éveillé en moi cet attrait des couleurs et des formes, de l'architecture. Les contrastes assumés mettent en évidence la beauté épurée. La coloriste que je suis, n'a pu qu'être touchée par tant de simplicité et de beauté.


Elle s'est faite aussi par mon corps. En effet, là aussi l'intention posée pour ce voyage a rempli ma valise. De quoi ? de maillots et de robes... incroyable. Ceux qui me connaissent l'attesteront, c'est incroyable. Le ton était donné, j'allais rencontrer la Guadeloupe et mon féminin. 10 jours en robe ou en maillot ou encore nue (quasiment). J'allais rencontré mon corps surtout. Ce corps qui s'est transformé avec l'âge, la ménopause et la sédentarité. Ce corps mis à nu dans lequel je me sens bien. Aujourd'hui j'ai pu voir les photos de la retraite, faites par Céline et Priscilla, j'ai constaté cette transformation réelle. Alors oui, une petite voix m'a dit que ça pouvait être autrement, je l'entends, je l'écouterais peut-être. Mais ce qui est sûr, c'est que ces photos ne viennent en rien modifier ou perturber voire rompre ce lien d'amour de moi à moi, ce lien de bien-être que je ressens d'être moi, une femme libre, libre de mon propre jugement exacerbé, libre du pouvoir que j'accordais à l'autre.






libre de mon propre jugement exacerbé, libre du pouvoir que j'accordais à l'autre.


Cette aventure a redessiné les contours de mon être dans sa globalité, accentuant encore plus les contrastes de ce qui est, non pas, comme on pourrait le croire (expérience peinture) en séparant les différentes parts que je porterais mais bien en sublimant chaque nuance qui me constitue pour ne créer qu'une seule et même œuvre... celle que je suis aujourd'hui.



 


Eh bien comme je le pressentais il y aura d'autres articles de blog sur le sujet. Pourquoi ? Parce que j'aimerais aussi vous parler de mon expérience avec les Eléments et la nature, mon féminin sauvage et comment j'ai vécu la retraite Féminin sauvage de l'intérieur. Peut-être que d'ici là d'autres choses seront là... ou pas.


A suivre...



Crédit photos


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page