top of page
Rechercher

La peinture, chemin initiatique


Plus exactement la peinture à l'huile... elle a été mon chemin initiatique et reste une amie précieuse et délicieuse. L'expérience s'est faite dans la matière, elle m'a fait visiter chaque recoin de ce chemin m'amenant à découvrir et explorer des zones inconnues de moi-même.



Peinture abstraite aux couleurs chaudes, jaune orangé, marron avec des points blancs sur le centre comme un jaillissement


Le début de l'aventure... peindre pour le plaisir


Adolescente, je faisais des gouaches sur papier Canson. Je reproduisais des cartes postales. Je ne ressentais pas vraiment de passion pour ça mais j'aimais le faire. Peut-être à l'époque pour faire comme mon père.


Jeune adulte, j'ai commencé à peindre sur toile, toujours à la gouache. Les paysages provençaux aux couleurs flamboyantes, les villages perchés, les oliviers... surtout les oliviers... (les arbres déjà) étaient la source de mon inspiration. Je faisais toujours des reproduction de cartes postales, photos et peintures.


Un jour lors d'un tête-à-tête avec mon mari, je lui ai avoué que j'avais le désir d'être peintre. Il m'a répondu spontanément « vas-y », c'est là que tout a commencé.


J'ai pris mon courage à deux mains

J'ai pris mon courage à deux mains, mes toiles et je suis allée au Castellet, petit village du sud de la France, faire le tour des galeries pour voir où je pouvais prendre des cours. J'ai poussé la porte de l'atelier/galerie La palette d'Or où Dominique Nicolini, diplômée des Beaux-Arts m'a reçue. Les cours ont commencé la semaine d'après.


J'ai immédiatement aimé son approche, sa présence. Lors des cours, soit je venais avec un modèle, soit elle m'en proposait. Et elle me laissait faire en peignant elle-même de son côté. Je n'étais pas en cours de peinture mais à la recherche de moyens en moi et autour de moi pour réaliser ce que j'envisageais de peindre, voilà comment j'apprenais la technique ou plutôt je découvrais la technique.





J'ai vite compris qu'il ne s'agissait pas là que d'apprendre à peindre. Dans le même temps, j'ai débuté un travail thérapeutique avec une psychologue... Très vite, j'ai senti que c'était une seule et même chose : des moyens pour me comprendre, m'accompagner dans cette vie que je voyais encore comme sombre et pesante.


La peinture, chemin initiatique

Jamais je n'aurais imaginé tout ce que cette rencontre avec la peinture allait m'apporter et guérir en moi. C'est un peu comme si cette aventure m'avait permis de faire un scanner sur tout ce qui se posait en frein ou en entrave : l'estime de soi en berne, les stratégies de sabotage, la présence du perfectionniste...

J'ai parcouru les expos, j'ai obtenu des diplômes pour avoir une place, être reconnue et certifiée conforme, pour appartenir à... et aussi pour m'ouvrir au monde et à l'extérieur, pour oser et surtout pour vivre au grand jour qui j'étais et ce que je portais.


A partir de là, j'ai compris que tout était enseignement.

A partir de là, j'ai choisi de transmettre à mon tour ce que l'approche et l'expression artistique pouvaient apporter à chacun à partir de là où il était et en fonction de ce qu'il voulait en faire.

Je suis intervenue ainsi dans les écoles, les centres de loisirs, les maisons de retraite etc... J'ai proposé aussi des ateliers pour enfants et pour adultes en groupe et en individuel.



Peinture à l'huile, toile carré  sur 120 sur120, monochrome bleu, avec du ocre dans le centre. Forme  abstraite qui fait penser à un arbre ou à un sablier


La peinture, chemin thérapeutique


Forte de cette expérience, j'ai créé une trame d'atelier thérapeutique. Le cadre reste la découverte que m'a permis la peinture : Tout est enseignement et tout est dans l'observation.


La création d'une œuvre est avant tout un dialogue avec soi. Et j'invite tout au long de l'atelier à prendre le recul nécessaire à cette communication, une vraie communication axée sur l'observation et le mouvement. En écrivant cette phrase, une émotion me traverse... la joie. Elle vient du fait qu'en décrivant ce processus, je me suis vue parler la langue des signes. En effet, dans cet espace, l'écoute se fait par la présence et l'observation (le visuel) et la communication se fait par le mouvement des mains, certes mais pas que... de tout le corps. Je souris en constatant encore une fois que tout ce que je vis est bien en lien et continue de se moduler et s'expandre.





Je reviens donc à l'atelier proposé. Il invite à la transformation, à votre propre transformation. Comment ? En passant d'une toile blanche à une toile aboutie que vous sachiez peindre ou pas.

Une infinité de choses sont touchées et abordées sans même qu'on s'en aperçoive... une petite consigne anodine et beaucoup de liberté et hop, c'est parti pour l'exploration plus ou moins consciente de notions telles que : le cadre, le mouvement, les sensations, le contrôle et le lâcher, les émotions, le regard de l'autre, l'estime de soi, les attachements, la reconnaissance, le jugement, la confiance, la matière, la place, l'individualité, le collectif, oser... j'en oublie, c'est sûr !


La magie opère


Eh oui.... ces ateliers ont vu naître d'innombrables belles toiles et je ne parle pas que peinture, là encore.

Ce qui m'anime c'est la beauté ! Je me souviens de cette citation qui m'a longtemps accompagnée... elle m'accompagne encore apparemment.


« La beauté est dans les yeux de celui qui regarde » Oscar Wilde


Ce que je vois : la peinture ayant pris sa place dans la vie de nombreuses personnes et le plaisir qu'elles ont à créer, à partager et à se montrer dans ce qu'elles sont à travers le partage de leurs œuvres.

Je vois des personnes se laissant traverser par ce que le processus de création amène.

Je vois de nombreuses discussions avec soi-même traduisant une autonomie dans cette rencontre de soi à soi. Magique !


Je vois la beauté de la réalité : nous sommes tous créations, tous créateurs.


Un processus pour tous : la peinture, pour mieux se connaître

Hier, j'ai peint et dans cette discussion avec ma toile... une prise de conscience qui a pris sa place dans le deuil que je vis, une prise de conscience qui m'ébranle et me réconforte en même temps. Et je laisse aller ce qui est... de la rondeur, de la couleur, de la douceur, de l'intensité...


Hommage "A mon père"

Mon père était un artiste. Il aimait sculpter le bois et peindre. Le voir peindre à l'huile avec ses vieux pinceaux et ses couteaux empreints de couleurs séchées et l'odeur du médium et de la peinture utilisés ont imprégné tout mon être et ont nourri sans que je ne m'en rende compte mon cœur d'artiste. J'avoue ici que je lui en ai voulu de ne pas m'avoir appris mais aujourd'hui alors que je peignais, j'ai pris conscience qu'il m'a fait un cadeau bien plus grand que de m'apprendre des techniques, il m'a transmis l'amour de la création, il a alimenté par ce qu'il était, tout naturellement mes aspirations artistiques.



Photo noir et blanc. Zoom sur les mains d'un homme d'un certain âge. Sa main gauche tient sa main droite cachée dessous. Ses mains sont posées sur sa chemise à petits carreaux
Or-photographie

1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page