top of page
Rechercher

Création de tambour en terre Maasaï



Photo de paysage, Afrique, en terre Maasaï. le lever de soleil donne une couleur douce au ciel : bleu violacé et rose. Les arbres sont en ombres chinoises. Un arbre plus grand car plus près sur la droite de la photo, il penche délicatement vers le centre de la photo. En avant plan, une prairie à l'herbe coupée, au fond quelques arbres se dressent posant une délimitation avec le ciel


Je n'étais pas venue pour ça et pourtant...


Le voyage au Kenya était programmé, j'allais au Camp Neloïta pour co-animer la Retraite Human, organisée par Emmanuelle Guiard-Paulos. C'était déjà magique pour moi d'aller en Afrique alors que j'en rêvais depuis l'enfance.


C'est lors d'une réunion de travail avec l'équipe organisatrice du séjour – Alexandra, Alexia, Emmanuelle et moi- que la création individuelle de tambour pour Alexandra s'est posée. Au détour d'une discussion où Alexandra, gardienne du Camp Neloïta avec Memusi nous demandait si nous venions avec nos tambours qu'elle dit « j'aimerais tellement créer mon tambour sur ma terre d'adoption, si seulement je connaissais quelqu'un qui puisse m'accompagner » et Emmanuelle de répondre « eh bien, il y a Sylvie ».


La création de tambour chamanique en terre Maasaï venait de prendre place dans ce voyage qui se voulait déjà extraordinaire et si précieux pour moi.


Gros plan sur la finalisation d'un tambour chamanique. La photo est horizontalement coupée en deux. En bas, le tambour dont on aperçoit le cadre et le cordage,. Juste au-dessus, déposées sur le tambour, deux mains de femme tienne un briquet pour brûler la corde et la coller. L'ambiance de la photo fait penser à un clair obscur.



Préparation


L'excitation était là aussi bien pour Alexandra que pour moi. La joie première était décuplée. Beaucoup de ce que j'aime était du voyage : l'Afrique, l'inconnu et la découverte, le duo des Louves, mon job, mon tambour et moi-même. Ouh la, je l'ai écrit et je le laisse, aujourd'hui je suis heureuse de m'aimer telle que je suis et de l'assumer pleinement aussi.


Le temps des choix était venu. Très vite, Alexandra me fit part de ses choix pour son tambour. Je pus ainsi prendre le temps de la préparation des matériaux et surtout de la peau : prendre contact, la couper, la percer.

Vint alors le questionnement sur le transport des matériaux. Habituellement, je mets tout dans ma voiture et go... Là naturellement pas possible. Je n'étais pas sûre de moi au niveau de la douane etc. je décidai donc de mouler le tambour et de le faire transporter par un participant en bagage cabine. Merci Patrick !



Gros plan sur une peau de chèvre africaine parcheminée qui servira à la création d'un tambour chamanique. L'aspect de la peau est rugueux, la couleur est brun avec des petites nuances blanchâtres


C'est toujours un moment émouvant de découvrir la peau et le cadre qui s'invitent pour la personne prête à créer son tambour. C'est beau de sentir que le lien est déjà présent dans le subtil. C'est le premier contact avec le tambour dans la matière...


Concernant la mailloche, Alexandra me confia que Memusi lui préparerait le bâton adéquat, un bois de la forêt de l'enfant perdu. En écrivant cela, revient à ma mémoire ce moment où Memusi taillait le morceau de cèdre qui deviendrait le manche de la mailloche de son épouse. Je me souviens de cette odeur douce et enivrante.


L'organisation de la créa


Tout était prêt ! Ah non, il manquait quelque chose... le temps ! En effet, le programme était en place, les journées remplies de jolis rendez-vous ; le matin avec les Louves et les après-midi avec les Maasaï.

J'envisageais d'accompagner Alexandra dans mes moments de pause, entre midi et deux et en fin de journée avant les repas. Emmanuelle me proposait de prendre une matinée dans la semaine si nécessaire. Tout était ok, le processus se vivrait comme les événements quotidiens nous offriraient de le vivre. Nous étions toutes les trois entièrement d'accord avec ça.



Photo au crédit d'Alexia Chevron. Dans sa maison au Kenya, création d'un tambour chamanique. Les murs sont blancs tout comme le plafond, des photos sont accrochées à même le mur. Trois personnes sont dans la pénombre, au centre une femme blonde, cheveux attachés, lampe frontale allumée sur le front, tisse le coeur de son tambour avec une corde bleu azur. Elle porte un tee-shirt à bretelles jaune canaris autour du cou et des poignets des bijoux de perles, faits par des femmes Maasaï. A droite de la photo, à sa gauche à elle, un homme longiligne, africain en tenue traditionnelle Maasaï, tient de sa main gauche le tambour posé sur la table. Sa tenue est composé de deux drapés à carreaux rouges, blancs et noirs. Il porte à la taille une ceinture également en perles. A droite de la photo, une femme brune aux cheveux courts porte des lunettes noires, un tee-shirt manches courtes, rose clair et un pantalon couleur terre de sienne. Elle tient également le tambour de sa main droite. Le tambour est posé sur une table ronde en bois, une lampe de jardin l'éclaire.


La création en terre Maasaï


Je connais la beauté et la puissance du processus de création de tambour. J'ai écrit à ce sujet plusieurs articles de blog que vous pouvez retrouver en cliquant ici.

Je connais la force et le pouvoir de la simplicité que j'amène dans ce processus. Je le porte comme une vraie rencontre avec soi, une vraie naissance de soi, loin des différentes traditions que j'aime mais qui ne sont pas celles de mon incarnation ici et maintenant.


Ce que j'ai découvert lors de cette création de tambour chamanique sur cette terre, c'est la résonance entre mon approche et ma philosophie de vie et celle des Maasaï. J'en ai immédiatement goûté la saveur lorsqu' Alexandra a posé les premiers mots sur les croyances des Maasaï traditionnels.


Je ne dis pas ici que j'embrasse leurs croyances, elles leur sont propres.

Je parle de ces points de résonance où les frontières tombent pour ne faire qu'un dans l'essence de ce qui nous unit... la vie.

Je ne m'étalerais pas ici sur cette résonance pour que vous puissiez la découvrir sur place lors de la création de votre propre tambour.



Juin 2025, la création de votre tambour en terre Maasaï


J'ai donc suivi l'évidence et mon cœur. C'est du 8 au 15 juin 2025, au Camp Neloïta que je vous accompagnerai à donner naissance à votre tambour chamanique.


Vous prendrez votre place au cœur même de l'une des forêts primaires exceptionnelles d'Afrique et le lieu le plus sacré de la culture et de la spiritualité Maasaï, la forêt Entim e Naimina Enkiyio, entre le Kenya et la Tanzanie, à presque 3000 mètres d'altitude. C'est entouré des vaches Maasaï, des ânes et aussi des gazelles, des lions, des léopards, des buffles etc, dans un écrin de verdure incroyable que vous donnerez naissance à cette part de vous qui sait, celle dont l'instinct s'allie au mental pour percevoir et lire les événements de vie autrement.





Votre tambour viendra au monde bercé par les chants et les danses Maasaï. Vous vivrez cette aventure car c'est une aventure surprenante de créer son tambour, imprégnés de votre propre expérience, mes transmissions, des enseignements et des cérémonies Maasaï, enveloppés de l'énergie de ce lieu et de son ambiance si particulière.


Huit jours, suspendus, sans réseau, sans charge mentale... juste de vous à vous et de matérialiser cette rencontre par la création de votre tambour... témoin de la réalité vécue dans cette parenthèse que vous vous accordez.


Etes-vous prêts à écouter votre cœur ? Etes-vous prêts à les rencontrer ? Etes-vous prêts à vous rencontrer vous-mêmes ?





Informations sur la création de tambour en terre Maasaï


Vous sentez que c'est là pour vous, que votre cœur bat déjà au rythme de votre tambour. Vous souhaitez vivre cette expérience au plus près de la sagesse ancestrale, dans un écrin où la flore et la faune vous émerveillent, il vous faut donc plus d'informations pratiques.


Vous pouvez en faire la demande en cliquant ici. Je serais heureuse de vous envoyer un premier document avec les informations générales de ce voyage initiatique.

Après inscription, je vous enverrai un deuxième document avec une information complète sur la semaine et sur la préparation de votre voyage au Kenya.


Le nombre de places est limité. Les inscriptions ont commencé, ce qui nourrit ma joie.

Et pour avoir eu récemment des retours -je souris- le voyage a déjà commencé pour certains (inscrits) et la joie pare déjà, pour eux aussi leur quotidien. Merveilleux !!!

Je vous invite, dans un premier temps à voyager au cœur de nos univers et d'y prendre votre place.




Montage de quatre photos : à droite un gros plan sur les mains d'une femme parées de bijoux Maasaï, en perles multicolores. Elle tisse le cordage bleu et orange de son tambour, sur le coeur de son tissage rond, un cristal de roche translucide est attaché. En Bas, un goupe de Maasaï, hommes et femmes, munis de leur bâton. Ils se tiennent les uns à côté des autres, sur une herbe vert flamboyant. A gauche de cette photo, un petit triangle laisse entrevoir un feu avec une multitude de crépitements scintillant. En haut une photo qui laisse deviner une partie d'une case africaine beige et broutant l'herbe deux ânes gris.



La proposition de Stéphanie, un +


Cette proposition n'est pas mienne mais je la partage car elle trouve parfaitement sa place dans le processus de création engagé pour la venue au monde de votre tambour.

Petit mot sur la proposition de Stéphanie – Absolute Dark Woman-


Stéphanie peut créer le sac pour votre tambour, elle peut aussi et surtout vous accompagner à le créer.


Ce que je peux vous dire c’est qu’elle est venue en terre Maasaï, au Camp Neloïta. Elle a foulé cette terre, elle a respiré cette terre. Elle est allée à sa propre rencontre au rythme de la philosophie Maasaï.


Elle connaît aussi parfaitement le processus puissant de la création de tambour puisqu’elle a donné naissance au sien.


C’est inspirée, imprégnée même de tout cela qu’elle vous offre cet accompagnement unique car en lien direct avec le voyage initiatique que vous allez vivre à votre tour.

Sa proposition


  • Vous pouvez ainsi entrer dans le processus de création insufflé par votre engagement à donner naissance à votre tambour en vous laissant guider par Stéphanie et en matérialisant ce nid fécond qui pourra accueillir votre tambour pour le voyage au Kenya.


  • Vous pouvez également vivre pleinement l’expérience en Afrique et vous offrir la continuité de ce processus créatif intense, intime et puissant. Comment ? En créant ce sac à votre retour, cet écrin qui vous permettra d’emmener votre compagnon de vie partout avec vous.







Ce rendez-vous existe déjà, il est palpable. La preuve... la joie qui anime ceux qui ont déjà pris leur place dans l'aventure !

Lors de ma venue au Camp Neloïta, je n'ai rien vécu d'extraordinaire et pourtant je n'ai rien vécu d'ordinaire non plus. J'ai vécu la simplicité, la fluidité, l'évidence. Tout y était naturel.


Je me suis vécue telle que je suis. Seule, ensemble.

De ce fait, l'expérience était faite de ce que je suis ici aussi : la création de tambour, l'accompagnement professionnel, le groupe et la solitude, le son, le feu, la flore et la faune, la rencontre... et j'en oublie très certainement.


En route vers de nouvelles aventures... et vous ?




Photo d'une plaque de bois ciselée sur laquelle est gravée en lettres noires Hakuna Matata, de chaque côté de la gravure le même dessin représentant un lion couleur bois sur fond noir (carré), cela fait pensé à des tampons.




Logo de l'art de la Chamanka : une spirale dessinée en noir sur fond blanc. Elle se déroule vers la droite, en bas au centre, elle est coupée par un trait vertical petit, lui-même coupé à l'horizontal à son milieu par un trait courbe, semblable à la courbe de la spirale, en bas, détaché un point. A gauche, la spirale s'arrête et laisse place à un point, un peu plus loin un autre point suivi par une larme dans la courbe de la spirale.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page